La planète des femmes

La planète des femmes
À sept cents années-lumière de la Terre, autour d’une étoile rouge, gravite une planète dont les habitants ressemblent trait pour trait aux êtres humains. Les femmes y sont d’une beauté surnaturelle. Comme elles ont beaucoup de loisirs et ont un tempérament très chaud, le sexe est leur passe-temps favori. Elles apprécient particulièrement les hommes de la Terre, surtout ceux que la nature a pourvus d’une imposante virilité. C’est ce qui vaudra à Mathieu, jeune homme bien membré, d’être « invité » chez elles. Il en sera ravi mais devra apprendre à obéir à sa maîtresse Kaenima, car ce sont les femmes qui détiennent l’autorité. Il découvrira aussi certains aspects plus sombres de cette planète, où il n’y a pas que la végétation qui est noire.

 

Acheter le livre numérique :

amazon_kindle_logo

kobo_logo_FINALPMS

 

Erika Sauw | La planète des femmes

53 pages (fichier pdf)
Format : 14,8 × 21 cm
ISBN : 979-10-91549-66-0
Prix : 2,49
Parution le 14 décembre 2014

Pour public adulte

Longue nouvelle d’Erika Sauw, dont j’avais beaucoup apprécié le texte Zone d’expérimentation sexuelle, La Planète des femmes narre l’enlèvement d’un jeune homme machiste, Mathieu, par une femme extraterrestre qui lui fait découvrir le sort réservé aux hommes sur sa planète. Le Terrien devient un numéro, un sex-toy de compagnie avant de… De l’humour là encore, un peu moins prononcé cependant dans le court du récit (sauf dans les dernières pages) que dans Zone d’expérimentation sexuelle. […]

Le personnage de Mathieu doit parler avec déférence à sa maîtresse (utilisation du vouvoiement, terme de « maîtresse » utilisé aussi), mais n’en pense pas moins. Dans ses pensées, les femmes sont des salopes, des gonzesses… Il prend cet enlèvement avec légèreté, voire s’en accommode assez bien, mais découvre que la sexualité est mécanique, animale, chez ce peuple. (Un comble pour un homme qui faisait fi du désir de la jeune fille avec laquelle il dansait dans les premières pages du récit, alors même qu’il réitère son comportement odieux avec la plus jeune fille de sa maîtresse.) Des accouplements de grenouilles, pense-t-il, avant de réviser son jugement et de songer aux mantes religieuses… Dans cette gynarchie, les mâles n’ont plus de raison de vivre lorsque leur sexe ne répond plus comme il le devrait…

Une nouvelle que j’ai bien aimée, assez sombre dans sa conclusion, et qui malgré cela, fait sourire.

ChocolatCannelle

 

J’ai adoré ce petit Erika Sauw de Noël ! (Décidément il faut croire que je kiffe les extraterrestres). Déjà la scène d’ouverture est super, on rentre immédiatement dans le roman à travers les personnages de Julie et Mathieu. Ensuite, j’aime l’idée selon laquelle le « héros » de l’histoire n’est pas sympathique et j’ai trouvé ce texte très féministe (un homme objet, j’adore !). Sans dévoiler l’histoire, je trouve que le jeu de domination est bien amené/décrit, dans le sens où on retrouve bien le travers masculin qui cherche toujours à utiliser les femmes (sauf que ça ne ne se passe pas comme prévu pour Mathieu ^^). Les scènes sexuelles sont bien dosées sans trop en faire et la fin (que je ne dévoilerai pas ) est parfaite !
Ce que j’aime : l’humour ! le côté très féministe de l’histoire, le style soigné. Le fait que le monde présenté soit cohérent et travaillé.
Ce que j’aime moins : c’était trop court.
En bref : Un excellent mélange d’érotisme, de SF et d’humour avec une grosse pointe de féminisme. C’est bien écrit, il y a une vraie histoire et un vrai monde. Bref j’ai adoré.

Contenu du panier

Votre panier est vide